«Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas »

Voilà comment le Général de Gaulle a terminé l’appel qu’il a lancé, depuis Londres, le 18 juin 1940, appelant tous les soldats français, ayant « perdu une bataille mais pas la guerre », à continuer à se battre pour défendre nos valeurs et notre liberté. Un acte fondateur de la résistance qui résonne tout particulièrement, quatre-vingt ans plus tard, en ce jour de commémoration et dans l’épreuve que notre civilisation traverse.
 

Au lendemain d’une crise sanitaire qui a fragilisé notre société, qui était déjà fragmentée, alors que les colères grondent et commencent à s’enflammer, que certains crient leur ire sur des policiers chargés de les protéger, d’autres sont tentés par le révisionnisme et déboulonnent les statues dans la plus grande confusion. Ainsi des statues du Général de Gaulle ont été vandalisées, faits éminemment odieux et inacceptables! Alors même que ce grand homme, l’incarnation même du courage, a su embarquer les efforts des femmes et d’hommes du monde entier pour combattre le nazisme, la barbarie, l’antisémitisme et défendre notre pays, cette infamie, dans le pays des Lumières, ne saurait être tolérée et doit être sévèrement punie.

Cet acte nous laisse néanmoins mesurer le chemin pour mieux éduquer nos enfants et l’impérieuse nécessité de transmettre pour éviter tant d’amalgames qui sont une insulte à notre histoire.
 C’est le rempart qui doit nous protéger de nos propres déviances. Souvenons-nous. « Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir », écrivait Aimé Césaire.

Le devoir de mémoire reste ainsi indispensable dans notre société tentée par la seule culture de l’immédiateté.

Le Conseil départemental de l’Essonne y veille tout particulièrement, engagé auprès des jeunes qui sont la mémoire de demain, en lien avec le monde des anciens combattants et l’Education nationale, pour préserver cette mémoire, transmettre les valeurs de paix et de fraternité.
Transmettre c’est élever les consciences, permettre le débat pour éclairer nos choix. En cela je salue les mots de fermeté du Président Macron dans son discours dimanche dernier : « La République n’effacera aucune trace, aucun nom de son Histoire ». Ne soyons pas tentés par l’oubli ou la fabrication d’une histoire artificielle, sélective et enjolivée; Il faut la regarder en face, là réside la force des peuples.
Les Français ont su faire preuve d’une grande solidarité pendant la crise Covid, cet esprit doit perdurer, malgré les difficultés économiques qui s’annoncent. C’est de cohésion dont nous allons avoir besoin pour faire France à nouveau, pas de division. Faisons honneur au souffle fédérateur du Général de Gaulle. Résistons !
 

Retrouvez moi sur les réseaux sociaux