La modernisation des RER B et D n’est pas une option ! Les RER ont été créés voilà quarante ans. Ils sont aujourd’hui à bout de souffle. Souvent vétustes, ils transportent chaque jour toujours plus de monde. Une problématique majeure en Ile-de-France. La question des mobilités y est plus pregnante qu’ailleurs, avec 5 millions d’usagers qui mettent deux fois plus de temps – 1h30 chaque jour en moyenne dans des conditions déplorables – que les autres Français à se déplacer ! Cette problématique touche principalement la Grande couronne et l’Essonne tout particulièrement en ce qu’elle n’est pas desservie par d’autres lignes de train. Aussi il ne serait pas indécent dans une Région qui crée 700 milliards d’euros de richesses par an de consacrer quelques milliards d’euros pour résoudre le premier problème de ses habitants. Nicolas Sarkozy avait eu le génie, pour désengorger la capitale, de relier les banlieues entre elles avec le projet du Grand Paris express. J’ai toujours soutenu cet investissement, certes lourd, à la condition que les réseaux existants restent entretenus. La modernisation des RER fait partie de mes combats depuis plus de dix ans et il a fallu attendre l’arrivée de Valérie Pécresse et de Stéphane Beaudet à la Région pour que je sois entendu et que les décisions essentielles soient enfin prises. IDF Mobilités a ainsi acté l’investissement de 2 milliards d’euros pour l’achat de nouvelles rames de train pour le RER B et D, qui seront livrées entre 2021 et 2026. Des rames plus confortables, climatisées et plus régulières car adaptées au système d’exploitation NEXTEO que l’Etat, en lien avec exploitants des lignes – SNCF et RATP devait installer à partir de 2026. En réduisant l’espace entre les trains, l’outil permettrait ainsi d’augmenter la fréquence des trains et de transporter plus de voyageurs. L’enjeu étant d’anticiper une fréquentation toujours en hausse sur ces lignes – 500 000 personnes annoncées en plus d’ici 2030-. Essonne : inquiétudes autour de la rénovation des RER B et D Pourtant, un retard sur ce projet d’automatisation est annoncé ! Les engagements ne seraient pas tenus, faute de pouvoir mener de front ce chantier avec celui du Charles de Gaulle Express et plus largement celui du Grand Paris Express. Comparé au coût de ce dernier – 40 milliards- l’investissement dans cet outil, à hauteur de 900M€, ne semble pas grotesque au regard du quotidien que vivent quelque 1, 5 millions d’usagers ! A défaut, demain nous pourrions arriver à une situation ubuesque dans laquelle les nouveaux trains fermeront la porte au nez des usagers sur le quai, comme c’est le cas aujourd’hui car le réseau est saturé et les rames bondées à craquer! La situation n’est plus acceptable, alors même que le RER D transporte deux fois plus de passagers que tous les TGV de France ! C’est une insulte à tous les habitants de Grande couronne qui empruntent ces lignes dans des conditions déplorables.   Il faut donc que chacun tienne ses engagements et exiger cette ambition pour 2026. Je déposerai un vœu en ce sens le 10 juin au CA d’IDF Mobilités. J’appelle à la mobilisation de tous les élus en ce sens.   http://www.francoisdurovray.fr/ https://www.facebook.com/francois.durovray https://twitter.com/durovray Linkedin DUROVRAY Instagram DUROVRAY  

Retrouvez moi sur les réseaux sociaux