Sentiments bizarres…

Sentiments bizarres…

J’arrive ce matin à l’Hôtel du Département en ayant l’impression d’être un dimanche.
Et puis, une fois la porte franchie, je retrouve une petite armée qui peaufine la mise en œuvre du plan de continuité d’activités de la collectivité.
Nous sommes en fait mardi 17, premier jour du confinement.
Quantité de choses ont été anticipées. Heureusement.
Quantité de questions imprévues surgissent. Il faut trouver des solutions nouvelles. On invente et on se réinvente.


En faisant le tour des services pour remercier les agents qui font tout pour continuer à faire vivre la communauté essonnienne, je mesure combien ce que nous vivons est dur et unique.
Chacun se prépare à la bataille invisible sans savoir quelle sera vraiment son ampleur.
Nous ne savons pas quand nous retrouverons les collègues.
En quittant le Département, j’aperçois le cerisier du Japon. Il a fleuri, annonçant l’arrivée du printemps.
Ma tête est ailleurs. À gérer la crise dans la durée.
De mon domicile, j’écris, j’échange, je téléphone. Les groupes de discussions se multiplient.
Mon collègue Président du Bas-Rhin, terriblement touché par le virus, prend le temps de m’appeler pour me dire ce qu’il vit. Et pour nous y préparer.

En raccrochant, je mesure que des heures difficiles nous attendent. Mais, au fond de moi, je pense que nous sortirons différents et, je l’espère plus fort.

 

Toute mon actualité sur les réseaux suivants:

http://www.francoisdurovray.fr/

https://www.facebook.com/francois.durovray

https://twitter.com/durovray

LINKEDIN DUROVRAY

INSTAGRAM DUROVRAY

http://www.essonne.fr/

La lettre d’info

Restez régulièrement informé(e) de l’action de François Durovray au service des Essonniens.