Que les mariages soient heureux! 

Hier soir, la Charte de la Commune nouvelle d’Evry-Courcouronnes a été adoptée par les conseils municipaux des deux villes. Après des mois de concertation avec les élus locaux et les habitants, elle pose les bases d’un rapprochement qui apparait comme une évidence.

C’est la première fois en Essonne que deux communes vont fusionner. Je me réjouis de cette décision qui facilitera la vie de ceux qui y habitent grâce à une efficience renforcée du service public.

Fusionner c’est être plus fort, avoir un poids plus important et agir ensemble pour traiter des sujets partagés. Éducation, habitat, mobilité, environnement, santé, sport : voilà des dossiers qui touchent au quotidien et qui gagneront à être abordés conjointement.

Cette fusion est bien plus qu’une fusion administrative dans laquelle certains ne verraient qu’un aspect financier. Non, c’est une union de destins ; ceux des 54 000 habitants d’Évry et des 14 000 habitants de Courcouronnes.

Ce processus est d’autant plus courageux qu’il est initié par des élus dont chacun sait qu’ils ont des sensibilités politiques différentes. L’intérêt du territoire prime. C’est bien cela le plus important.

Au même moment, Méréville et Estouches dans le sud du département ont également décidé d’unir leurs destins. Dans ce secteur rural, il s’agit là aussi de renforcer des logiques d’équipements et de services publics au bénéfice des 3450 futurs Mérévillois.

J’ai eu plaisir à participer à une émouvante cérémonie de fusion cet après-midi, en présence du Maire de Méréville, Guy Desmurs, et du Maire d’Estouches, David Loignon.

Le Département de l’Essonne va perdre deux communes mais il va gagner deux beaux projets dont je veux saluer les initiateurs.

Preuve est portée qu’en respectant la volonté des élus, des solutions nouvelles émergent.

La lettre d’info

Restez régulièrement informé(e) de l’action de François Durovray au service des Essonniens.