Protection de l’enfance : plus qu’une mission, un devoir

L’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) est la plus belle mission du Département. Elle est essentielle car elle protège des enfants en danger, maltraités. C’est pourquoi le Département y consacre plus de 178 millions d’euros cette année.

Notre responsabilité est d’accueillir les bénéficiaires de l’ASE jusqu’à ce qu’ils aient 18 ans. Mais aujourd’hui, passé cet âge, ils se retrouvent potentiellement mis à la rue. C’est absurde ! Nous investissons de l’argent public pour leur donner un avenir – la prise en charge d’un enfant revient à 60 000 euros par an -, mais le dernier effort n’est pas fait. À 18 ans, ils ne peuvent pas se débrouiller seuls. Ils ont besoin d’une formation, d’un accompagnement vers l’autonomie, d’un emploi et d’un logement. Il serait intelligent de continuer à les épauler jusqu’à ce qu’ils soient capables de s’en sortir seuls.

En Essonne, c’est dans cette perspective d’accompagnement que nous avons mis en place des Contrats Jeunes Majeurs (CJM). Ils nous permettent d’assurer un suivi de ces jeunes jusqu’à leurs 21 ans et de les engager ainsi sur la voie d’un parcours professionnel stable. Nous maintenons le financement de ces CJM mais cela représente un effort conséquent qu’il est de plus en plus difficile de soutenir et que le Département n’est légalement pas tenu de faire.

Malheureusement, face aux contraintes financières imposées par l’État, certains Départements qui avaient aussi décidé d’allouer une partie de leurs fonds aux CJM ont été obligés d’arrêter de le faire. C’est une situation inacceptable.

Voilà pourquoi j’ai appris avec satisfaction qu’une Députée propose de rendre obligatoires les CJM et que l’État en assume la charge. Je soutiens cette proposition car elle va dans le bon sens et peut permettre d’augmenter significativement les chances que ces jeunes bénéficient d’un parcours de vie plus stable.

L’avenir de nos territoires repose en grande partie sur la jeunesse. Quand nous investissons pour elle ce n’est pas une dépense, c’est un devoir.

La lettre d’info

Restez régulièrement informé(e) de l’action de François Durovray au service des Essonniens.