80 km/h sur les routes : l’argumentation absurde du JDD

J’ai rarement vu une argumentation aussi absurde que celle développée dans le Journal du Dimanche (JDD) pour « valider » l’abaissement de la circulation routière à 80 km/h au lieu de 90 km/h (n°du 17 juin 2018).

Dix cartes départementales à l’appui, l’hebdomadaire indique par exemple qu’en Essonne « les 11 voies où a été recensé le plus grand nombre de tués représentent moins de 17 % de la longueur totale des routes sans séparateur médian, mais concentrent 51 % des morts ». Soit. Mais en quoi cela apporterait la preuve que la vitesse est en cause?

En l’espèce, l’analyse de l’accidentologie sur les routes mentionnées en Essonne montre que l’alcoolémie et l’infrastructure (arbres le long des chaussées, fossés non protégés, mauvaise adhérence de la chaussée…) sont les premières causes de mortalité. La vitesse aussi : mais généralement elle est très largement dépassée au-delà de 110 ou 120 km/h. La limitation à 80 km/h n’empêchera malheureusement pas la délinquance routière.

Évidemment, la mesure gouvernementale réduira le nombre de morts. Je n’y suis pas opposé par principe : dans ma ville, à Montgeron, j’ai réduit à 30 km/h la vitesse de nombreuses voiries communales.
Mais j’en conteste son caractère systématique. Je considère que le gouvernement était légitime à fixer un objectif mais que les présidents des Départements avec les préfets sont les plus à même de prendre les mesures adéquates en adoptant, selon la connaissance qu’ils ont du terrain, les bonnes solutions. Cette solution aurait davantage diminué le nombre de morts sur nos routes.

La lettre d’info

Restez régulièrement informé(e) de l’action de François Durovray au service des Essonniens.